Le bar à viandes

Autour d’un bon verre et en bonne compagnie, les Butchers proposent de déguster de grands classiques de la cuisine de bistrot revus pour aujourd’hui par Nicolas Gaulandeau. Qu’il s’agisse de s’octroyer un petit moment avant ou après un spectacle à l’Odéon, entre deux cours à la Sorbonne, deux plaidoiries à l’Hôtel de Justice, une balade à Saint Germain des Prés, une après-midi paresseuse au Luxembourg…, le cuisinier a imaginé une cuisine centrée autour du plaisir de ce moment.
Tout commence bien sûr par SA planche de viandes d’exception fumées, marinées, salées, grillées, finement et délicatement coupées pour accompagner les trésors vinicoles auprès des vignerons. Les terrines aux parfums subtils accordés aux saisons, foies de volaille, foie gras de canard mi cuit ouvrent l’appétit, le carpaccio de veau sauce Tonnato, la salade César Ritz, le magret de canard fumé maison, l’os farci à la crème de moelle aux champignons du moment, les cromesquis de royale de foie gras constituent autant de grignotages sur le pouce pour manger rapidement ou jouer avec les saveurs de la carte.
Des plats dessinent aussi le déjeuner comme cette bavette marinée longtemps puis vite snackée et ses jeunes poireaux au citron confit, la fricassée de ris de veau aux palourdes, caviar d’aubergine et émulsion Parmesan, l’entrecôte maturée à partager… ou pas, mousse persillade…
Et les vins ne sont pas en reste qui jouent sur les nectars de petits vignerons qui conduisent leurs vignes en biodynamie ou pas, recherchent l’excellence et là encore le plaisir partagé. La dimension humaine, la qualité, l’amitié sont partout palpables chez les Butchers.

 

The Butchers, salade locavore The Butchers, la terrine The Butchers, Nicolas gaulandeau The Butchers, la planche de fumaisons The Butchers, l'entrecote The Butchers, le plat-de-cote The Butchers, les vins The Butchers, la bavette The Butchers, vitello tonnato The Butchers, une terrine