Le chef, Nicolas Gaulandeau

La silhouette dégingandée et le sourire à fleur de lèvres, Nicolas Gaulandeau n’est pas un inconnu dans la bistronomie de haut vol. Passé par Laurent à l’époque de Braun et Bessoudo, Apicius, plus récemment le Petit Champerret, ce tourangeau qui passait ses vacances, enfant, à Guéthary, est né dans une famille d’épicuriens qui cultivait les truffes dans une région que le tubercule apprécie particulièrement.
Ses parents furent des pionniers, replantant les truffières là où la guerre de 14/18 décima les hommes et les cultures, cultures qui auparavant rendaient l’air irrespirable en ville. Passe-temps des hommes pendant les siècles passés, la trufficulture revient au goût du jour et la maman cordon bleu va savoir transmettre à son fils goût et savoir-faire.
La cuisine vient donc de là, de ces parfums enivrants, des souvenirs de cuisine au pays basque, du quotidien tourangeau. A 10 ans, Nicolas sait qu’il veut devenir cuisinier et, formé de riches expériences, il devient à son tour cuisinier.

 

butchers_cuisine-nicolas10 copie butchers_cuisine7 copie butchers_cuisine-viande4 copie butchers_cuisine-nicolas5 copie butchers_cuisine2 copie butchers_cuisine2 butchers_cuisine butchers_cuisine-nicolas3 copie The Butchers, viandes maturées The Butchers, l'entrecote de Nicolas Gaulandeau butchers_cuisine-nicolas3 butchers_plat-copie butchers_legumes3-copie butchers_cuisine-nicolas2 The Butchers, la bavette de Nicolas gaulandeau