Un restaurant moderne
au cœur du quartier latin

Dans cette rue intime du quartier latin le restaurant se joue version petit immeuble sur 4 niveaux, au sous-sol la cave et le fumoir, au rez-de-chaussée, le bar à viandes et sa cuisine d’assemblage, à l’étage le restaurant, sous les toits, la cuisine.
A l’intérieur, des espaces pour vivre la cuisine différemment selon sa faim, l’heure du jour ou du soir, son humeur, ses convives. Côté sur le pouce, on mange debout ou assis, plutôt rapidement avant ou après un spectacle au Théâtre de l’Odéon tout proche, entre deux rendez-vous professionnels, entre deux cours à la Sorbonne voisine, avant une plaidoirie au Palais de Justice, côté restaurant, le temps peut s’étaler… jusqu’au bout de la nuit !
Quant à la cave, elle a abrité la signature par Robespierre pendant la Révolution française, du Discours sur l’organisation des gardes nationales qui mentionne pour la première fois les trois mots qui signent la République Française – Liberté, Egalité, Fraternité -, discours imprimé et diffusé mi-décembre 1790, mais jamais prononcé. 

 

The Butchers, la façade du restaurant The Butchers, le bar The Butchers, le bar à viandes The Butchers, des verres The Butchers, le bar à viandes The Butchers, Philip Gaskiewicz et Laurent Carpentier The Butchers, le restaurant chic The Butchers, le restaurant à l'étage The Butchers, le restaurant, table dressée The Butchers, le fumoir butchers_fumoir2